Moteurs électriques & accessoires
Société
Mon compte
Panier
Total HT :

Les différents démarrages de votre moteur triphasé : avantages et inconvénients

Publié le 18/04/2018 10:00

Pourquoi s’intéresser aux différents procédés de démarrage d’un moteur ? Le but est de rechercher un démarrage moins brutal (pour protéger le moteur) et de limiter les appels de courant (pour éviter les chutes de tension).

Voici un rappel des principaux types de démarrage de moteurs triphasés.

démarrage moteur triphasé
Moteurs triphasés

Démarrage direct

Méthode de démarrage la plus simple, le démarrage direct permet le démarrage en un seul temps. Le stator se branche directement sur le réseau.
Le démarrage direct de nombreux avantages : il est être simple à mettre en place, bénéficie d’un bon couple de démarrage et permet un démarrage rapide du moteur.
Le problème du démarrage direct est qu’il entraîne un appel de courant fort (qui est mauvais pour les appareils branchés sur la même ligne que le moteur) et un démarrage brutal (qui est néfaste pour la santé de votre moteur triphasé).
On réserve le démarrage direct aux moteurs de faible puissance et qui ne nécessitent pas une mise en marche progressive.

Démarrage étoile triangle

Pour diminuer la brutalité au démarrage et réduite le courant d’appel, le moteur démarre avec une connexion en étoile pour ensuite revenir vers le couplage en triangle. Les enroulements sont alimentés avec une tension 3 fois plus faible.
Le démarrage étoile triangle provoque un temps de démarrage long et un couple réduit. L’autre inconvénient est qu’on ne peut éviter une coupure d’alimentation lors du passage étoile-triangle.
Ce type de démarrage est plutôt conseillé pour le démarrage à vide ou pour les machines ayant un couple résistant au démarrage assez faible.

Démarrage statorique

Un démarrage statorique consiste à mettre des résistances sur les enroulements statoriques pour obtenir un démarrage en douceur.
Le démarrage statorique ne provoque pas de coupure d’alimentation au démarrage (contrairement au démarrage triangle étoile). Le démarrage est certes moins brutal avec ce procédé mais en contrepartie le courant de démarrage est élevé.
Ce type de démarrage n’est plus vraiment utilisé. On lui préfère les démarreurs électroniques pour une meilleure efficacité.

Démarrage rotorique

Ce procédé de démarrage en plusieurs temps repose sur l’alimentation direct des enroulements du stator en tension nominale et un couplage des enroulements du rotor en étoile.
C’est le procédé de démarrage ayant un appel de courant très faible. De plus, il permet de choisir le choix du couple et le temps de démarrage.
Ce type de démarrage ne s’applique que pour les moteurs asynchrones à rotor bobiné. Il s’agit d’un système de démarrage coûteux, que l’on réserve pour les machines puissances, qui ont des démarrages difficiles ou qui ont des besoins spécifiques (ex : un démarrage progressif).

Démarrage par autotransformateur

Dans ce cas, on utilise ce qu’on appelle un autotransformateur, qui va permettre d’alimenter le moteur triphasé par une tension réduite au départ pour l’alimenter dans un second temps en pleine tension.
L’avantage ? Pas de coupure de courant lors des temps de démarrage et vous avez le choix du couple de démarrage. Pratique, il reste cependant coûteux.

Démarrage avec un variateur de fréquence

démarrage avec un variateur de fréquence
Variateur de fréquence

C’est le cas où vous utilisez un variateur de fréquence pour obtenir un démarrage progressif du moteur. Il permet un démarrage et un arrêt en douceur de votre moteur. Pas de démarrage brusque donc avec un tel dispositif. Il protège également votre moteur contre les surchauffes et les surtensions. Il vous faut cependant investir dans un variateur de fréquence.

Agence digitale Alsace : FGP Solutions